La chaîne des puys
Chambres et table d'hôtes les "genêts fleuris"
Lieu-dit Bonnabaud 63230 Saint Pierre le Chastel
Accueil - Plan d'accès - A découvrir - Nos chambres - Nos tarifs - English version - Mentions légales - Contact
A découvrir
Le château de BONNABAUD
Le Château actuel ne se visite pas.
Ce document est extrait d'un bulletin municipal de la commune de SAINT-PIERRE LE CHASTEL (janvier 2001)

-----------------------


Le château de BONNEBAUD et ses propriétaires depuis le moyen-âge

Le château se situe au dessus de la Sioule sur un tertre rocheux, dernier contrefort de la chaîne volcanique des Dômes, à quelques kilomètres de PONTGIBAUD.

Au point de vue architectural, les parties les plus anciennes sont le donjon carré du XII ème siècle, un des cinq donjons romans d'Auvergne et au sud une tour ronde du XIII ème siècle.

Le premier propriétaire dont on a connaissance s'appelait AIMON DE BONNEBAUD. Il serait un cadet de la Maison de Blot, branche de la famille de Bourbon. En 1328 il était Bailli des Montagnes d'Auvergne.

Le personnage le plus important de cette famille fut JEAN DE BONNEBAUD, né vers 1340 au Château de Bonnebaud. Il fut élevé à l'Hôtel de Bourbon à MOULINS avec le futur Duc Louis II de Bourbon, de 3 ans son aîné.

Il fut successivement Chambellan du Roi Charles V et son conseiller, Maréchal du Duc de Berry en Bourbonnais, Sénéchal de Rouergue, de Toulouse et d'Albi.   

Grand capitaine, il participa avec courage et vaillance à chasser les bandes anglaises du centre de la France. Il fit construire les courtines du Château au XIV ème siècle - courtines rectangulaires qui incluaient les parties anciennes ainsi qu'une tour ronde au Nord, avec la particularité que les 3 tours au lieu d'être aux angles se situent au milieu des 3 façades. La quatrième construite en escarpement au dessus de la Sioule était naturellement défendue par le relief.

Les courtines étaient surmontées d'un chemin de ronde qui comportait sur l'extérieur une rangée de mâchicoulis dont on trouve quelques restes dans la partie Nord et Est.

En 1465, MARTIN DE CHOUVIGNY DE BLOT, petit-fils de JEAN DE BONNEBAUD va vendre la terre de Bonnebaud qu'il avait reçue en héritage à ANTOINE DE LANGHAC.

ANTOINE DE LANGHAC était issu d'une des plus illustres et des plus puissantes familles d'Auvergne, issue des anciens Comtes du Gévaudan et serait aussi issue de Saint-Alyre.

Son père, JEAN Ier  DE LANGHAC, était Sénéchal d'Auvergne et de Beaucaire, Chambellan du Roi Charles VII. ANTOINE DE LANGHAC qui fut abbé de la Cathédrale de Clermont, fit de la Seigneurie de Bonnebaud un bénéfice ecclésiastique réservé aux cadets de la famille qui seraient pourvus de la prêtrise.

Onze propriétaires de la famille de Langhac se succéderont à la Seigneurie de Bonnebaud jusqu'à la veille de la Révolution en 1787. Le plus illustre fut JEAN DE LANGHAC, qui hérite de ce bénéfice ecclésiastique en 1525. Personnage considérable de son temps. Après avoir été abbé à la Cathédrale de Clermont de 1517 à 1528, il fut grand aumônier du Roi François Ier puis évêque d'Avranches en 1526, évêque de Limoges en 1532, ambassadeur de France au Portugal, en Angleterre, en Hongrie-Pologne, en Écosse, en Suisse, à Venise puis à Rome. Il fit effectuer d'importants travaux au Château de Bonnebaud. Il fit construire dans la cour intérieure des bâtiments renaissance et deux tourelles d'escalier dont les portes sont timbrées de l'écu des Langhac.

Vers 1630, au cours de la lutte de Richelieu contre les féodaux, le donjon et les tours du Château furent abaissées à la hauteur du chemin de ronde et les terrasses crénelées remplacées par des toits en poivrière couverts de lauze.

Les trois derniers Langhac, Seigneurs de Bonnebaud contrairement à la règle, n'étaient pas ecclésiastiques et se succédèrent de père en fils.

GILBERT ALLYRE ANTOINE, Marquis de Langhac, Maréchal de Camp reçu Grand Sénéchal d'Auvergne le 25 juillet 1757, son fils JOACHIM CLAUDE GILBERT ALLYRE, dit Jean Marquis de Langhac nommé Maréchal de Camp en 1767 et enfin son fils ANNE JOSEPH GILBERT ALLYRE, Comte de Langhac, maréchal de Camp le 1er janvier 1770 reçu Grand Sénéchal d'Auvergne le 5 décembre 1788. Ce dernier passionné par les questions sociales et d'une prodigalité excessive va très vite dissiper une partie de sa fortune.

Aussi, ayant hérité de la Seigneurie de Bonnebaud à la mort de son père le 11 janvier 1786, il va la vendre le 23 février 1787.

C'est lui qui, en sa qualité de Grand Sénéchal d'Auvergne, eu la charge de convoquer et de présider en 1789 l'Assemblée des trois Ordres de la Sénéchaussée d'Auvergne à Riom pour l'élection des députés aux États Généraux où il fut nommé le premier de son ordre.

A cette époque, le Château était entouré au Nord d'un parc entouré de murs et au Sud d'un jardin classique formé d'un rond central d'où partent quatre allées délimitant quatre gazons. Ce jardin était bordé de bosquets de lilas au sol couvert de pervenches.

Le Château fut vendu le 23 février 1787 à AIMABLE JACQUES SOUBRANY DE BENISTANT, conseiller au Présidial de Riom puis le 5 mars 1824 à BLAISE ACHILLE DE FALVARD DE MONTLUC.

Enfin, le 26 avril 1869, le château de Bonnebaud fut vendu à JEAN COLLIER-TRINTINHAC et depuis plus de 130 ans, il appartient à la même famille COLLIER-DESCHAMPS-BOURGEAU qui l'entretient avec respect et amour dans son intégrité médiévale.